Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Vernissage « Mythes et autres petites bêtes »

17 septembre à 18h30 - 20h30

Gratuit

L’exposition reste visible du 18 septembre au 31 octobre (mardi au vendredi de 14h à 17h).
Ouverture exceptionnelle « Journées Européennes du Patrimoine » samedi 21 septembre de 14h à 18h et le dimanche 22 septembre de 10h30 à 12h30 et de 13h30 à 18h.

Artistes : Christine BALEYDIER, Kim DV, Olivier FOUCHARD, Raffaele LABRIOLA, Dimitri PIETQUIN, Olivier VAN HOVE, ZHANG Ning, Luc ZWIJSEN.

 

Ancienne élève des Beaux-Arts de Saint-Etienne puis, titulaire d’une maîtrise en Arts Plastiques, Christine BALEYDIER explore l’univers qu’on ne voit pas, celui qui est derrière le visible, où les lois de la physique ne sont pas les mêmes. Nos sens et notre conscience nous permettent d’en apercevoir une réduction, mais au-delà de l’illusion, d’autres réalités codent, trament, structurent, animent la matière et donnent la vie. Avec des matériaux de récupération (syndrome du grenier), elle expérimente dans le but de trouver quelques notes de poésie qu’elle se plaît à réveiller sans fracas.

 

Olivier FOUCHARD, né en 1969 à Troyes (10), vit et travailles à Rives (38). Diplômé (presque malgré lui) des Beaux-Arts de Grenoble, Olivier Fouchard est artiste-trameur, cinéaste, vidéaste et critique d’art amateur.
« La toile, la feuille de papier, dimensions de l’espace.
Olivier Fouchard y affirme un trait ou une touche colorée comme prémices, une possibilité qui ne présume rien.
Il ne s’agit pas de combler, juste entreprendre la surface.Puis répéter le geste, jusqu’à ce que ces traits ou ces touches entrent en expansion.
La séquence et la trame dans la durée, avec obstination.
De la couleur des traits ou des touches multipliés nait une vibration révélant leur flux lumineux.
La densité, la répétition créent le rythme jusqu’à la sonorité, écho de la structure graphique.
Indubitablement, en regardant les travaux d’Olivier Fouchard, les mots de Paul Claudel, « l’oeil écoute », trouvent à s’appliquer » (Jean-Luc Didier)

 

Né en 1974 à Naples, Raffaele LABRIOLA conçoit, encore enfant, des mosaïques qui sont très tôt remarquées. Aujourd’hui son travail plastique se situe à la croisée du figuratif et de l’abstrait, les tonalités souvent carminées supportent des codes urbains qui le rapprochent de l’atmosphère de Basquiat. L’ensemble produit un expressionnisme contemporain bien soutenu par l’utilisation de l’acrylique dans les dernières toiles où trouvent leurs places des sujets très actuels et très violents, voire très crus, un peu à la façon d’Emile Nolde mis à part que couleur et lumière composent le fond de thèmes obsessionnels sur la base d’une culture très cosmopolite qui est mise ici en évidence. L’utilisation récente de l’acrylique renforce et modernise sa peinture, lui faisant perdre en romantisme ce qu’elle gagne en force et en efficacité, notamment sur des représentations qui hurlent une rage particulièrement vive, ce qui fait une réelle différence par rapport aux travaux exécutés à la peinture à l’huile. Raffaele Labriola est un artiste contemporain dans la mesure où cette particularité de notre époque qui efface les frontières entre monde virtuel et matériel, imprègne ses œuvres.

 

Passionné par les transports en commun Bruxellois et la périphérie (le BW), le weekend, Olivier VAN HOVE emprunte ceux-ci pour rentrer à Bruxelles en famille.  A la Capitale, il fréquente assidument ceux-ci et adore cela. Dans l’atelier Arts Graphiques de La Maisonnée, son choix d’inspiration s’est arrêté sans hésitation sur ce sujet. Le cheminement graphique débute par l’alignement de chiffres et lettres représentant des stations de métro, arrêts de trams, bus et gare. La trajectoire des lignes sont imaginaires voir improbables. Par contre les haltes, les stations sont précises et réelles. L’alternance des parcours, l’écriture, les chiffres se répétant à l’infini révèle à chaque fois une composition différente ; une interprétation rythmique de la haute fréquence, la rapidité, la fluidité des transports en commun. Dans certaines œuvres quelques lieux d’intérêts, plans projetés de gares ferroviaires font partie « du voyage », une version abstraite et fragmentée d’un symbole fort : l’Atomium ; tel un plan déstructuré… (Cathy Dekeghel, responsable Atelier Art Graphiques « La Maisonnée »)

 

Kim DV et Luc ZWIJSEN font tous deux partie de la galerie PsycArt qui soutient des artistes isolés, précarisés ou fragilisés par une maladie. A travers ses actions, elle essaie de permettre à ces personnes de poursuivre leur création, et d’exposer dans un cadre éthique et sécurisé. Plus largement elle s’ouvre également à tout artiste autodidacte ou professionnel, désirant mettre son talent au service d’un projet artistique humain, dans lequel tolérance et partage sont les maîtres mots.

 

 

 

 

 

T2, T5 : Vinatier

Accessible aux personnes handicapées.

Détails

Date :
17 septembre
Heure :
18h30 - 20h30
Prix :
Gratuit
Catégorie d’Évènement:
Étiquettes Évènement :
, , , , , , ,

Lieu

La Ferme du Vinatier
95 boulevard Pinel
Bron, 69500
+ Google Map