Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Vernissage « Hors Normes des deux hémisphères »

18 septembre à 18h30 - 20h00

Gratuit

L’exposition reste visible du 18 septembre au 12 octobre.
Mardi au vendredi : 15h-19h, samedi : 9h-12h et 15h-19h, sur rendez-vous (04 78 42 57 07).

Découvrez les artistes David ABISROR, Pierre AMOURETTE, Joël BAUDAIN, Karl BEAUDELERE et Danielle JACQUI.

David ABISROR commence par le dessin avant de se lancer, il y a 10 ans déjà, dans la peinture. Artiste autodidacte, il ne se classe pas, ne se catégorise pas, ne suit aucun mouvement, si ce n’est celui de sa main guidée par une aspiration profonde, lointaine. Une fois l’œuvre achevée il prend de la distance pour rencontrer son univers. Un univers vaste, infini, comme ses toiles sans bordure, sans coin, sans limite et sans titre aussi. Sans titre parce qu’elles parlent de l’originel ; elles ne se nomment pas, elles se ressentent, elles se vivent, elles vous aspirent et vous accueillent, vous regardent autant que vous les regardez, comme un miroir, le miroir de l’humanité. Les tours, les détours, les contours, les retours du pinceau accompagnés des subtiles nuances d’un tableau monochrome où tout se fond, se confond, s’enchevêtre, donnent naissance à une étrange présence comme si la toile était habitée. Habitée par un monde mystérieux, onirique, qui, quelque soit sa couleur, n’a ni début, ni fin et laisse au témoin de passage un sentiment d’éternité. 

 

Pierre AMOURETTE 
Depuis sa petite enfance, la nature l’attire ; escargots et lézards l’ont accompagné dans ses jeux favoris, aujourd’hui ce sont des animaux que l’on peut retrouver dans certaines de ses œuvres. Dans la pierre d’abord, le bois ensuite et en ce moment à travers la céramique, il crée des personnages souvent ambivalents qui ne laissent pas indifférents. Une part importante de sa production porte sur la maternité, mais il crée également des jarres, assiettes, plats et parfois des animaux. Pour lui « ce n’est pas l’objet en lui-même qui est intéressant mais la mémoire d’un moment qu’il véhicule ».

 

Karl BEAUDELERE
En 2006, il crée sa première sculpture en plexiglas, selon un procédé original, et commence l’année suivante à dessiner au pastel et au feutre. Il travaille également au pochoir sur des murs extérieurs. Toutes ses créations sont en lien avec le recueil de Baudelaire, qu’il « ressasse » inlassablement et dont il fait tatouer des extraits sur son propre corps. Dès 2011, il commence une série d’autoportraits avec de simples stylos-billes achetés au marché un jour où il « n’avait plus un sou ». L’auteur porte depuis lors une cagoule retournée qu’il a peinte et rehaussée d’écrits de Charles Baudelaire et se présente comme « l’entité » du poète, associée au nom de code KXB7. Travaillant jusqu’à un mois sur chacune de ses œuvres, parfois de très grand format, il scrute sa propre image dans une glace suspendue près d’une table pour dessiner d’étranges visages aux tracés denses. Depuis 2014, Karl Beaudelere – KXB7 participe régulièrement à des expositions et poursuit la série de ses autoportraits, ainsi que divers autres projets artistiques. 

 

Joël BAUDAIN
Pour s’échapper de son quotidien, Joël BAUDAIN se réfugie dans un monde imaginaire, un labyrinthe de pensées. Le dessin et la musique qu’il apprend de manière autodidacte lui permettent de matérialiser ce labyrinthe. Les yeux et les visages omniprésents dans ses dessins symbolisent les mondes « visible » et « invisible » qui à la fois observent et s’opposent à son cheminement.
Ses états-d’âme plonge ses dessins dans un univers surréaliste et spirituel en concordance avec la turbulence de son esprit. Ces œuvres sont surchargées, elles s’abordent de différentes manières à l’endroit comme à l’envers. Lorsqu’il dessine il est envahi par une frénésie, ce qui vaut l’exécution rapide de ses productions. Des pièces mesurant 1m de long lui prennent seulement trois à quatre jours pour être réalisées.

 

Danielle JACQUI
Figure emblématique de l’art singulier, Danielle Jacqui a entièrement décoré sa maison de ses peintures, sculptures ou encore céramiques.
“Dès que j’ai eu conscience de ma potentielle capacité artistique je me suis projetée dans le temps, sur un chemin à longue distance. Et même si j’ai manifesté quelque impatience ici ou là je me suis toujours aperçue que le temps, seul peut forger l’oeuvre-ŒUVRE. Donc je peux travailler trois ans sur une pièce (broderie par exemple), chaque pièce entrant ensuite dans le TOUT et participant de l’ensemble. Lorsque j’ai enclenché une oeuvre ou un projet je me sens responsable quelque part et j’aurais honte de m’en démettre ou de le bâcler. (…)
Je me voudrais souvent ailleurs, plus dans le savoir-faire et dans la perfection de ce savoir-faire. Mais en même temps je me rends très bien compte de la qualité même de mon travail né de mon non savoir-faire, de l’imperfection et de l’appesantissement sur l’imperfection.”

 

Métro A : Arrêt Ampère – Victor Hugo

Accessible aux personnes handicapées

Détails

Date :
18 septembre
Heure :
18h30 - 20h00
Prix :
Gratuit
Catégorie d’Évènement:
Étiquettes Évènement :
, , , ,

Lieu

Galerie Ories
33 rue Auguste Comte
Lyon, 69002
+ Google Map