Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Vernissage « Opéra pour un son » et performance musicale

30 septembre à 11h00 - 14h00

L’exposition est visible du 27 septembre au 6 octobre.
Lundi au vendredi : 13h-19h
Samedi, dimanche :13h-18h

Vernissage accompagné d’une performance musicale : RÉSIDUS – Duo Stéphane Lambert (saxophoniste multi instrumentiste) / Hassan Abd Alrahma (musicien compositeur d’origine syrienne, oudiste)

La rencontre est surprenante de symbiose entre les deux instruments et les deux instrumentistes, chacun avec leur besace d’expériences musicales multiples. Une grande liberté d’adresse, de ton, de jeu plein de fraîcheur et d’invention, de jeu qui pétille, virevolte, émeut et embarque le spectateur dans un ailleurs ô combien délectable… La musique s’inscrit dans le dépassement d’un métissage qui ouvre un nouvel horizon, parfois insolite, et irradie de ses diverses couleurs d’un côté l’art mélismatique d’orient et de l’autre le jeu déluré d’un jazz libre et inventif.
Il s’agit d’un voyage d’une grande force émotive, atypique, aux lignes mélodiques croisées, où
l’univers d’une grande tradition musicale orientale vient épouser celui d’une musique issue des
urgences de l’histoire des peuples urbains d’aujourd’hui…

L’exposition

Elle se propose de créer un lien entre les installations plastiques de LUKJANSKY, Louis CHABAUD, Éric DEMELIS, Akiko KITAMI, Monica MARINIELLO, Anne-Sophie OURY HAQUETTE, Marie-Christine PALOMBIT, Marianne VINEGLA CAMARA et les installations sonores de Jean-Marc DUCHENNE, Raoul BINOT et Thierry DEVAUX, Xavier CHARLES, Laurent GRAPPE, Anne-Julie ROLLET et Anne-Laure PIGACHE, Stéphane LAMBERT, et JERANIUM (Cie des Objets Perdus).

Le Big Bang et son devenir sonore

La déflagration n’a jamais cessé de se prolonger en un déluge de sons dont l’organisation échappe encore et toujours à l’entendement. Partout les bruits se mélangent aux cris, aux paroles, aux folies de la forme, l’aléatoire n’est jamais que l’ignorance des lois de la physique, et la diffusion de toutes sortes de sons se change en marchandise. Le Big Bang n’a-t-il eu pour résultat que ce vacarme inouï ?
Après le jour d’après, alors que l’onde de choc se fait encore sentir dans la résonance des corps, la nébuleuse primitive a laissé le champ libre à l’invention d’un autre univers primordial. La matière sonore sans mémoire de l’histoire, chargée à blanc des murmures du présent.
Surgissant des gamelles, la musique témoigne des battements du monde. De quelles sociétés, de quels esprits, de quelles vies s’agit-il ? Des phénomènes hybrides, alliant l’ouïe et le regard, pièces surgies d’un espace en recomposition.

C’est pourquoi ils sont là, les Sonores, au Palais Hirsch de l’Université Lyon 2.

Dans cette nébuleuse primitive, treize installations d’artistes sonores sont présentées : surface vibrante, tube de verre, plumes, forêt d’enceintes, appareils radios, images projetées sur chien, lutherie de Jéranium… Le cosmos a repris forme, il nous suggère de nous y attarder du pavillon au vestibule.
Pour la première fois, la Biennale Hors Normes accueille une constellation d’installations sonores.

Un texte de Pamela Popo.

T1 : Quai Claude Bernard

Accessible aux personnes handicapées

Lieu

Université Lumière Lyon 2 – Campus Berges du Rhône
18 Quai Claude Bernard
Lyon, 69007 France
+ Google Map