Désordres – 27, 28 & 29 septembre

Le dessous prend le dessus.
La valeur d’une exposition n’est pas dans la durée mais dans l’intensité du moment où elle arrive.
C’est pour cela qu’il existe des moments inoubliables au fond des bassins de la Piscine du Rhône, des
choses inexplicables et des artistes qui firent ces premières éditions de la Biennale Hors Normes. La
mémoire nous aide à regretter.
Le peintre « apporte son corps » disait Valéry, grâce aux « désordres » les artistes vont s’exposer sans
retenue, se dépouiller de l’esthétisme pour confectionner deux espaces de liberté afin d’interroger le
public, la société et peut-être même l’ébranler en mêlant le désir d’une autre forme d’être dans
l’échange.
Le but des désordres se résume à ces quelques mot de Pirandello « C’est sous les pas que se forme le
chemin. »